En 1994, centenaire de la naissance de Delteil.

En 1994, centenaire de la naissance de Delteil. Breton  m'a proposé de travailler au décor de son opéra Deltacisme.
Mettant mis à une lecture quasi totale de l'œuvre, j'ai  découvert que Delteil ou moi, c'était la même chose. Primitif plongé dans un présent  dit moderne - dans une contemporanéité qui elle nie ce primitivisme, ou si elle a une place c'est dans le spectacle, dans sa présentation,
représentation d'un monde révolu, d'un moment Pré - historique, dans l'évolution certes, nécessaire mais pas acceptable et contraire à l'idéologie dite de progrès!
Lire Delteil, l'écouter parler - ses mots sont parlés haut et fort à travers champs et vignes - c'est rester dans son corps, s'est sans cesse s'incarner dans le corps et dans tout ce qui est à la fleur de sa peau : l'autre corps.
Lié au monde.
La chair du monde c'est lui. La parole est dans toute cette chair : Lui, la parole, la chair partout, partout, mais en particulier, essentiellement là où il est, là où il devient avec tout ce qui est là.
Parler la vie.
L'acte, s'est dans la communion.

Penser en soi, hors de soi pour soi pour tout, loin de soi en toute chose. Penser le tout et la partie.

Primitif, c'est cet état de grâce, de pureté, de nudité, de disponibilité, d'innocence.
L'innocence se situe dans le corps et dans sa relation au monde, la sensualité est aux limites, au  passage dans cette relation, c'est en ce lieu que naît le plaisir. La vie est le désir dans toute cette innocence, du plaisir.

Ainsi l'homme au travail, celui qui est dans l'obligation  de travailler, perd son existence. Delteil dit : "  Perdre sa vie pour gagner sa vie."             


Joan Jaume Borrut.  La Palme 2000



Copyright ©Jean Jacques Borrut. 2011. Tous droits réservés.Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSExposition permanente  ( sur rendez vous )
Dans l'atelier galerie : Borrut - Sens.Usualité
43 av de la mer
11480 La Palme 
tel: 0468483525
port: 0614629967